Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 14:30

fleurac, charente,ruisseau,royaume,Charente,fleuve,Guirlande, Fleurac, François 1er,Mitterrand, Vaux-Rouillac,village, commune,saintonge, angoumois Saint-Simon, Saintonge, Angoumois, frontière 

Article et photos pleine page. Cliquer ici.

  
Petit à petit, je remets de l'ordre dans ces articles. En voilà un de saison que je ressors de mon fourre-tout. De saison, puisque de guirlande il s'agit. Mais ici, même si mon petit village vient de se parer pour quelques soirs des traditionnels guirlandes et motifs illuminés, c'est bien de la Guirlande dont je vais vous parler. Guirlande, avec un G majuscule. Et la Guirlande, à Fleurac, c'est la petite rivière qui fait  paisiblement  son chemin en traversant tout le village. Et comme tous les gens célèbres, une rue porte même son nom 

  panneau rue de la guirlande

 

Guirlande. Un nom qui lui va bien à cette petite rivière longue de seulement quelques kilomètres qui serpente dans les prés depuis Vaux-Rouillac, le village voisin, où elle prend sa source, jusqu'à Saint-Simon  où elle  va rejoindre sur la rive droite,  le fleuve tranquille dont le roi François, charentais d'origine, disait qu'il était "Le plus beau ruisseau du royaume". * 
Demandez donc aux riverains quelle est sa longueur … en bons charentais ils vous répondront « un couple de kilomètres » …  Un couple ! réponse typiquement charentaise (qui elles vont par deux aussi, comme chacun sait) qui n’a semble t-il rien de réellement mathématique puisque la Guirlande en question doit avoisiner les dix ou quinze kilomètres.

Petite rivière (ruisseau ?) insignifiante donc. Insignifiante aux yeux des cartographes qui oublient souvent de faire figurer ses quelques centimètres sur les cartes IGN.

Entre le Né et la Boutonne qui sont les principaux affluents respectivement à gauche et à droite, la Guirlande fait figure de … de décor de Noël. Voilà. C’est ça. Décor de Noël.

Pourtant la Guirlande ne doit pas son nom comme on pourrait le penser au fait qu’elle serpente tranquillement entre les vertes prairies, les cultures de maïs, passe sous quelques moulins aujourd’hui inactifs, alimente quelques lavoirs inutilisés ou encore flirte avec l’église de Mérignac.

Guirlande … Il semblerait que l’origine de son nom remonte à l’époque celtique.

Equoranda : de equo : eau, et rand : frontière. Littéralement donc : eau-frontière. La rivière était donc depuis des temps fort reculés une eau frontière. La mémoire ne garde pas assez de traces, c’est dommage. Pendant longtemps j’avais remarqué dans le lit du ruisseau un bloc monolithe qui m’avait tout l’air d’un petit menhir, jeté, oublié là, tout près d’une petite source venant grossir le ruisseau. J’ai été trop négligente de ne pas y prêter suffisamment attention. Aujourd’hui ce que je prenais pour un petit menhir a disparu, et je ne saurais jamais si mes suppositions avaient des raisons d’être. La mémoire collective est éphémère et certains détails du passé perdent leur signification.

Les Romains garderont plus tard un découpage quasi similaire à ceux des Celtes, les limites territoriales resteront intactes et deviendront des limites administratives. C’est ainsi que l’on retrouvera d’un côté le pays d’Ecolisma (Angoulême), de l’autre celui de Mediolanum Santonum (Saintes) pays des Santones. La limite suit une ligne de crêtes (de cuestas) que l’on distingue nettement plus au nord. Cette ligne se trouve ensuite coupée par cette petite rivière qui servira de frontière à ces deux peuples.

Quelques siècles plus tard la structure ecclésiastique n’apportera guère plus de changements. Les limites des diocèses d’Angoulême et de Saintes emprunteront fidèlement le tracé de l’ancienne frontière celtique faisant de Fleurac un village à cheval sur une frontière.

Quand la vieille langue celtique, puis celle latine se feront progressivement oublier, il restera malgré tout dans la tradition orale collective cet ancien mot « equoranda » ou « aquaranda » qui deviendra Guirande, puis Guirlande.

Aujourd’hui Fleurac, voit son minuscule territoire jouxter trois cantons : celui de Jarnac à l’ouest dont il fait partie, de Rouillac au Nord et de Hiersac à l’Est, mais aussi trois arrondissements : ceux de Cognac, Confolens et Angoulême. Le village a oublié qu’il était autrefois le plus à l’Est de la région de Saintonge et la porte d’entrée vers le pays d’Angoulême.

Le monsieur au chapeau dont j’évoquais quelques passages par ce petit village frontière a souvent aimé mettre en avant ses origines saintongeaises. Affirmation sans doute difficile à comprendre pour les étrangers au pays de Charente.

Affirmation qui redonne pourtant à la petite Guirlande ses lettres de noblesse et qui confirme que Fleurac est bien à l'Est. 

pont-des-perrins-michaud.jpg


Minuscule arche de pierre dissimulée sous les ronces
et les broussailles. Unique vestige d'un petit pont
dont on a oublié aujourd'hui qu'il fut sans doute à
une époque pas si lointaine le passage obligé de la
Saintonge à l'Angoumois.

* "Le plus beau ruisseau du royaume" selon François 1ier, "Le fleuve tranquille"  qui a inspiré à un autre François sa "force tranquille" : j'ai cité la Charente bien sûr. 


photos et articles ©SolangeTellier

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-Luc T. 10/12/2009 09:44


Les noms de rivières en Charente sont très poétiques: la Guirlande, la Boëme, La Vélonde, l'Auzonne, l'Argentor...


Amb55 10/12/2009 17:59



C'est vrai Jean-Luc. Ma Bohême pourrait donc être la Boëme.
Tous ces noms !!!  de quoi satisfaire toutes les ondines qui ont dû un jour nager dans ces eaux ... un jour, quand ces dernières étaient encore pures et cristallines ... tout un programme
pour un ouvrage poétique : "le tour de France des rivières"