Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 18:59

marronnier, journal, journalisme, journal d'une correspondante de campagne, journal d'une correspondante de presse, correspondante locale de presse, presse écrite, PQR, Sud-OUest, Charente Libre

Ah, je cherchais depuis pas mal de temps le nom que l’on donnait à ces articles qui se répètent d’une année sur l’autre... Il s’agit bien de « marronniers ».

Pas mal, pour moi qui habite … devinez où ? … rue des marronniers.

Il faut bien dire que nous, petits correspondants, nous sommes la plupart du temps sollicités pour des manifestations dont le calendrier ne varie guère d’une année à l’autre. Parfois, vous savez quoi ? J’aurais même envie de faire des copier-coller de mon document word de l’année précédente.

Aïe ! Je sens que je vais me faire tirer les oreilles si on me lit dans les hautes sphères du journal.

Allez, les petits collègues correspondants, soyez honnêtes.
Qui de vous n’a jamais ouvert ses archives perso pour y trouver le petit déclic, le petit renseignement supplémentaire qui vous a échappé précisément cette année sur l’article ? Le nom du secrétaire ou du trésorier adjoint, celui de la petite dame tout en haut à gauche de votre photo qui était exactement au même endroit sur la photo de l'an passé ? Et pourquoi pas aussi la petite phrase sympa qui résumait si bien l'ambiance, la même que cette année ?

Pour l’instant, après la cohue des Pères Noël et avant l’heure des Assemblées générales de tout bord, c’est un peu la trève des confiseurs pour nous. Et tant mieux. On peut souffler un peu maintenant que toutes les feuilles des marronniers sont tombées.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Un marronnier en journalisme est un article d'information de faible importance meublant une période creuse, consacré à un événement récurrent et prévisible. Tout comme le marronnier (l'arbre[1]) qui invariablement, tous les ans, produit ses fruits, le marronnier journalistique reproduit les même sujets avec plus ou moins d'originalité. Les sujets « débattus » dans un marronnier sont souvent simplistes, parfois mièvres. Son équivalent anglophone est l'expression evergreen.
La qualité première du marronnier est qu'il n'est jamais rédigé dans l'urgence, puisque sa parution est programmée… d'une année sur l'autre. Dans ce cas de figure, on place souvent, à la télévision, des images d'archives, histoire de faire une « frise chronologique ».

Le marronnier a cette particularité de gêner plus le journaliste que le lecteur : le premier doit transformer ce qu'il ressent souvent comme une corvée en un papier comportant une accroche ou un angle d'attaque nouveaux et intéressants, tandis que le second serait frustré, à juste titre, de ne pas voir les repères du cycle annuel (les fêtes, par exemple) ou les efforts d'organisation d'un événement par une association ou un comité. Cela est particulièrement notable dans la presse quotidienne régionale.

Quelques exemples de marronniers

  • L'heure d'été et l'heure d'hiver.

  • Journée de solidarité envers les personnes âgées

  • L'estivage et, bien sûr, le retour des bêtes dans la vallée.

  • La rentrée scolaire et le poids des cartables.

  • La rentrée littéraire.

  • Les fêtes, comme les courses de Noël, Saint-Valentin, Nouvel An chinois, la Toussaint, Halloween, les œufs de Pâques, ou la préparation du ramaḍān, les crêpes à la chandeleur, entre autres multiples exemples.

  • La neige, le froid et le verglas en hiver.

  • Le soleil en été et le réchauffement climatique pendant la canicule.

  • Les sans-abris qui meurent de froid en hiver et ceux qui meurent de chaud en été.

  • Les embouteillages sur la route des vacances.

  • Les gens qui postent leur déclaration de revenus au dernier moment.

  • Le baccalauréat en France en juin et juillet.

  • La fête des mères/pères/grand-mères.

  • Les festivals de cinéma de Cannes, de Fribourg, de Bruxelles, d'Avoriaz, de Toronto etc.

  • De même pour la musique, avec le Festival des Vieilles Charrues, le Festival de Jazz de Montreux, les Eurockéennes de Belfort, le Paléo, le Dour Festival ou encore le festival de musique classique de Verbier et ses fameuses Master Classes.

  • Le dopage (à l'occasion de n'importe quelle compétition sportive).

  • L'ouverture de la chasse ou le concours de pêche local.

  • Les vendanges, le beaujolais nouveau.

  • Les défilés de haute couture.

  • Les soldes en janvier et fin juin/début juillet.

  • Les augmentations de prix à la rentrée.

  • Les régimes minceur à l'approche des beaux jours.

  • Les horoscopes de l'année, du printemps, de l'été et de la rentrée.

  • À qui appartient Paris ?

Certains sujets, sans être réellement saisonniers, peuvent être « resservis » chaque année pour améliorer le tirage en période d'actualité creuse :

  • L'influence des francs-maçons.

  • Le vrai salaire des cadres.

  • La sexualité des Français.

  • Le sexe fait-il vendre ?

  • Les « tribus » : bobos, gothiques, new-ages, sportifs, cadres dynamiques, etc., assortis de tests du type « Et vous, de quelle tribu faites-vous partie ? ».

  • Les modes passagères, agrémentées de renseignements, parfois assez rares, sur celles-ci : les piercing, les jeans, les survêtements.

  • La hausse ou la baisse de l'immobilier dans les régions et les grandes villes.

Enfin, il y a les « incontournables » :

  • Les élections, locales, régionales ou nationales.

     Les votations de toute nature.

Partager cet article

Repost 0

commentaires