Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 21:01

 

Fleurac, Charente, Charente Libre, journal, correspondante presse, PQR,  Sud-Ouest, Solange Tellier, arrondissement, Cognac, canton, Jarnac,      

Dans mon classeur d’archives des années 1990 j’ai retrouvé cette photocopie. Une idée comme ça, à l’époque. Celle de garder précieusement une copie du dernier article tapé avec ma fidèle petite Olivetti.Une façon de garder la trace de ce que fut l’époque, aujourd’hui complètement révolue, des papiers que l’on envoyait aux journaux par la poste, quand comme moi, on se trouve isolée des agences départementales. Ceux d’entre vous, ici, qui  ont pratiqué la correspondance à cette époque, doivent reconnaître ce type d’imprimé. « Ecrivez à l’intérieur du cadre » était la consigne.

Vous, je ne sais pas. Moi, j’ai toujours eu du mal à écrire exactement à l’intérieur du cadre, et surtout sur les lignes, avec les sauts convenables. La difficulté était aussi de faire ça le plus proprement possible. Pas de faute d’orthographe, rédaction correcte dès le premier jet. Il me fallait donc pour ma part, faire d'abord un brouillon, griffonné à la main, corrigé et rectifié maintes fois avant de pouvoir enfin me mettre à la dactylographie.Ce que j’envoyais aux rédactions était déjà une mise au propre sur laquelle je  devais encore faire quelques retouches d’orthographe et de ponctuation. Il ne fallait pas oublier de mentionner que l’on accompagnait le texte d’une photo. Car celle-ci ne prenait pas toujours le même chemin.

Lorsque l’article présentait un caractère d’urgence, je transmettais dans un premier temps à l'agence la pellicule par les bus qui faisaient le trajet régulier jusqu'à Angoulême. Pour cela je me rendais à l’arrêt le plus proche de chez moi sur la RN141, et, moyennant un petit pourboire je laissais au chauffeur l’enveloppe rose qu'il laissait à la poste  principale d’Angoulême située à deux pas des arrêts de bus. La précieuse enveloppe « Hors-sac » devait être récupérée dans la journée par l’agence de rédaction. La pellicule serait ainsi développée rapidement en attendant l'article papier ou, si plus urgent encore, l'article dicté par téléphone.Pour un article moins urgent, je prenais le temps de rédiger mon article et je glissais la pellicule dans la même enveloppe « hors-sac » que je laissais au facteur le jour suivant. Il m’arrivait également de prendre le temps de développer et de joindre le négatif au papier, ce qui me permettait de choisir le cliché qui me paraissait le plus adapté à l’article et de le suggérer à la rédaction (qui tenait compte de mon avis ou pas) .

dernier papier dactylographie datant du 21/12/1998 - à suivre- 

Partager cet article

Repost 0

commentaires