Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 21:39

Quelques mots retrouvés au hasard de mes tiroirs ... je trouve qu'ils illustrent assez bien (à moins que ce ne soit le contraire) ce que j'ai pu ressentir en mettant le nez au hublot de temps à autre, pendant la longue traversée de l'Atlantique

007.jpg

 

 

le ciel, cet espace infini
où l'on se perd à l'envi
où le coeur et la tête dans le même nuage
s'évadent pour un incroyable voyage.

©Solange Tellier - septembre 2010

Partager cet article

Repost 0

commentaires

thalie 15/01/2011 19:27



ca fait toujours rêver d'être au dessus des nuages...



sister for ever 14/01/2011 17:50



Ah! ah! je comprends ta frustration Solange! cela m'arrivait souvent quand je prenais l'avion tôt le matin pour le boulot! les «hommes d'affaire» se précipitaient sur les places aux fenêtres (à
l'époque sur Air Inter c'était placement libre); c'était juste pour avoir un appui pour dormir confortablement!



sister for ever 12/01/2011 15:48



Absolument, les nuages forment un relief fascinant!


Mais ce que je préfère encore c'est le survol des montagnes... jamais deux fois le même, mais toujours époustouflant! Quand il nous arrive de descendre à Fréjus en prenant l'avion, si le temps
est clair, je cherche à repérer mon chouchou: le Mont Aiguille, dans le Vercors - magnifique et unique! - et en partant de là j'arrive souvent à localiser le coin où nous allons en vacances: le
plateau de Bure et ses paraboles qui écoutent les étoiles et dont on voit très bien les reflets, et même les grands bâtiments de Superdévoluy!


Et quand on décolle de Paris vers l'Ouest, il m'arrive de découvrir les alentours de chez moi... je me réjouis de ne pas faire partie des blasé(e)s et de toujours m'émerveiller de ces
spectacles!!



Amb55 12/01/2011 15:54



grosse frustration au retour. En quittant Santiago nous avons survolé toutes les Andes sur lesquelles le soleil se couchait. J'étais dans la rangée du milieu et les gens qui étaient côté hublot
ont fermé le hublot et se sont endormis sans prêter aucune attention au spectacle du coucher de soleil. rha ... j'enrageais presque de voir une telle indifférence, et moi qui aurais tant aimé en
profiter être coincée dans une rangée de fauteuils. 



sister for ever 10/01/2011 22:43



Très joliment rendu... je prends assez souvent l'avion, et je pense ressentir à chaque fois quelque chose qui ressemble à cela, comme la première fois en 1969...



Amb55 11/01/2011 20:48



tu as pris l'avion bien avant moi sister. Tu es une grande voyageuse et tu sembles aimer beaucoup cela.


Quant à mon poème il avait été écrit bien avant ce grand voyage et n'avait rien à voir avec l'envol par dessus les nuages.


Même les pieds sur terre il m'arrive souvent de voyager au-delà des nuages, et comme tu le soulignes, c'est bien la même impression ....


La seule différence et tu me diras si tu as aussi remarqué cela, c'est que vus d'en haut, on se rend compte que les nuages ont un relief supérieur assez prononcé avec des pics, des petites cimes
assez pointues que l'on ne peut pas imaginer d'en bas. Un peu comme des icebergs en somme.