Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 13:50

Père Lachaise, Forever, photo, photos Solange Tellier, du caviar sur les méninges, Georges Etesse, Proust, Apollinaire, La Callas, Modigliani, cimetière, Apollinaire, Chopin
  comme sur des roulettes2comme sur des roulettes1photos© ST. mars 2008

Comment ça au Père Lachaise ?
ça va, ça va, comme sur des roulettes
ne vous déplaise



 


J'ai traîné un peu hier soir devant la télé. En deuxième partie de soirée Arte proposait "Forever", un film plus qu'un documentaire tourné dans les allées du Père Lachaise. Images toutes en douceur, en tendresse. Emotion en filigrane. Témoignages pudiques, simples, sincères. Le réalisateur suivait tous ces anonymes qui viennent, régulièrement, ou simplement de passage, se recueillir, fleurir ou entretenir des tombes. Des tombes de gens connus ou non. De gens qui leur furent familiers, où qui, s'ils ne l'ont pas été de leur vivant le deviennent ici, dans ce cimetière où les vivants et les morts se cotoient intimement sans se voir. Enfin, peut-être ... ou peut-être pas.

Superbe !


Cet homme qui a découvert Proust pour tromper l'ennui de son immobilisation suite à un accident, et vient désormais régulièrement fleurir l'homme à la madeleine.

Cet autre venu de Corée spécialement pour le même Proust déposer sur sa tombe un paquet de petits Lu pour le remercier d'avoir su nourrir son esprit.

Cette femme qui entretient avec amour la tombe d'Apollinaire, cette autre qui vient se recueillir sur la tombe de son mari qu'elle a perdu après deux mois de mariage terrassé par une piqure d'abeille, une arménienne encore qui vient rendre hommage chaque semaine à son père, un artiste dit-elle, créateur de mode dans la chaussure.

D'autres tombes que nous fait découvrir le guide du cimetière dont la sépulture préférée est celle de Danièle dont j'ai oublié le nom, chanteuse morte à 24 ans en 1985 dont la carrière brisée par un sale cancer n'a pas pu aller au-delà de deux interprétations. (Si mon ami Rochambeau passe par ici, sûre qu'il va me trouver la vidéo de cette Danielle).

Un thanatopracteur  passé d'une fac d'histoire de l'art à l'embaumement en chambre froide, et dont la tombe préférée est celle de Modigliani. Modigliani dont les visages de femmes doivent inspirer le pinceau dont l'homme qui ne croque pas les morts mais les maquille,  use pour poudrer les visages de ceux à qui il doit rendre un semblant de vie pour un dernier adieu à leurs proches.

La caméra suivait également dans leur vie personnelle ou professionnelle certains de ces anonymes et  nous a conduits sur le lieu de travail de cet esthéticien particulier que nous avons pu voir en train d'exercer son art sur une patiente ? cliente ? modèle ? digne de figurer dans un tableau de Modigliani. Une journaliste interrogeait tous ces gens, ces anonymes, qui avec leurs mots simples évoquaient ces morts et leur rendaient hommage sans prétention. Toute la balade, sur  fond musical. Une jeune pianiste d'origine asiatique dont j'ai oublié le nom (je ne retiens pas les noms) faisant glisser ses doigts sur le clavier de son piano ... belle comme une madone de Modigliani. Un flash-back sur La Callas, elle aussi au Père Lachaise avec images d'archives histoire de redécouvrir la diva.


Sombre la Solange allez-vous dire.


Que nenni ! Même si, ma première rencontre avec le Père Lachaise et tous ses résidents un jour froid et pluvieux de mars 2008 m'a flanqué une migraine à me trouver mal par la suite dans le métro surchauffé. Ma première rencontre c'était faite en réalité par l'entremise d'un certain Georges croisé sur la plate-forme Sud-Ouest qui m'avait gentiment offert son premier book. Et quel book : du caviar sur les méninges. Vraiment !  Je me suis régalée de son caviar. Des histoires à dormir debout avec des pensionnaires déjantés, dont j'ai encore oublié le nom. Apollinaire devait en faire partie, Chopin aussi, et quelques autres. Si tu passes par là, Georges je te prie d'excuser ma mémoire, cela n'enlève en rien le plaisir que j'ai eu à lire tes pages. Je dirais même peut-être bien au contraire. C'est comme ça pour tous les bouquins que je lis. Quand je ferme la dernière page j'ai tendance à oublier le scenario pour ne garder en tête que les émotions. Je fais l'impasse sur la forme pour ne garder que le fond. ça doit être ça l'explication. Et meilleur est le fond, plus la forme s'efface.

Alors, sois flatté, Georges !

Ton bouquin, il m'a bien fait marrer, même si ton pigmalion-éditeur m'a fait un jour remarquer que c'était un "bouquin pour mecs", ben moi j'ai aimé.
Ma visite au Père Lachaise, je n'ai pas regretté non plus, malgré la migraine. D'ailleurs je compte bien y retourner.
En attendant, le film d'hier soir, Forever, c'est une petite perle. Une perle à quelques jours de la Toussaint pour nous rappeler que malgré l'universalité de la mort, ce sont les vivants qui ont su toucher les coeurs, qui ont su élever leur âme en beauté qui restent éternels dans le coeur de leurs survivants.
La fragilité des artistes et leur immortalité.
Bien des choses à dire encore sur la mort. Et pas forcément des choses tristes. Dans le film d'hier soir, aucune tristesse, bien au contraire.
voir aussi ici

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Solange/Amb 04/11/2009 10:38


le lien ci-dessus pour satisfaire les visiteurs qui ont atterri sur mon blog en cliquant dans google "où naquit Pierre Boujut" et qui ont bien dû trouver surprenant de se retrouver dans mon Père
Lachaise. Pierre Boujut ne repose pas au Père Lachaise mais probablement au cimetière de Jarnac ... tiens ça il me faudra vérifier d'ailleurs ... n'aurait-il pas par hasard été incinéré ? il va
falloir que je me documente à ce sujet


Solange/Amb 04/11/2009 10:30


autre curiosité ... je constate qu'un visiteur en cliquant dans google "où naquit Pierre Boujut" tombe sur cet article. Le pauvre, il n'a pas dû être déçu de tomber ici. "tomber" sans jeu de mots.
Pour l'aider je me permets de remettre ici le lien vers cette poésie de Pierre Boujut


Solange/Amb 04/11/2009 09:47


pour être repassée par ma boîte à liens, je constate quelques couacs. Des adresses qui se mélangent. Couac que j'avais constaté ailleurs sur la plate-forme over-blog à plusieurs reprises lorsque
l'on poste un commentaire et que c'est le lien précédent qui s'inscrit à la place du vôtre.
Le bateau-ivre qui attérit chez Mélusine, et "pire" celui de Georges qui vous fait atterrir à Hendaye chez Axel ... A
l'Est, on perd un peu la boussole... promis dans la journée j'essaie de remettre de l'ordre dans cet égarement géographique.


Amb55 04/11/2009 10:35


"la petite maison de Pierre Boujut" : le lien : http://a-l-est-un-peu-de-nouveau.over-blog.com/article-36443542.html


Solange/Amb 04/11/2009 09:10


le site de Rochambeau une vraie mine de vidéos à découvrir, et celui de Georges  dont je mentionne le livre "du caviar sur les méninges" ... croustillant ! (voir dans ma boîte à liens,
"sex-fiction")


sister for ever 04/11/2009 09:05


Je suis allée sur le blog d'Anitta lire son article sur Danielle Messia. Vieux de 4 ans je crois, merci à Rochambeau de nous y avoir orientés.
Moi j'ai entendu son nom, je crois, pour la première fois dans le film Forever... inutile de dire que son histoire est une des parties émouvantes du documentaire. Maintenant, grâce à vous tous,
j'ai envie de la connaître mieux. Apparemment ce n'est pas évident de trouver des enregistrements d'elle, mais ça doit pouvoir se faire


Amb55 04/11/2009 09:07


Merci de ta fidélité sister. Cela me fait plaisir de voir que mon petit coin de toile sert aussi à tisser des liens et à poser quelques passerelles de ci de là vers des sujets qui vous 
intéressent. Merci à vous tous qui contribuez largement à faire vivre mon petit chez moi. Amitiés.