Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 21:49

oedicnème criard Charente LPO Causse Méjean oiseau grands yeux steppe

 

Sur le Causse Méjean, en Lozère, où il est très présent, les Caussenards le nomment "petit fantôme du Causse". Le voilà de retour en Charente. Je l'ai entendu pour la première fois hier soir, mais je le soupçonne d'avoir posé ses valises quelques jours avant car Denis l'avait déjà photographié en Essonne le week-end dernier. L'Essonne étant plus au nord, je suppose que les premiers avaient déjà dû faire leur halte charentaise. Dans la campagne, on entend à la nuit tombante les doux chants flûtés qui s'interpellent et se répondent. Le jour, on le voit rarement. L'oedicnème est discret. Secret. J'ai vraiment une tendresse particulière pour cet oiseau mystérieux. Quand je l'entends, mon coeur s'envole aussitôt vers le Causse que j'aime tant. Un soir d'été 95 l'un d'eux avait coupé mon chemin, se sauvant sur la pointe de ses hautes pattes. Mes canards, pas jaloux pour deux sous, pas racistes non plus, avaient accepté de publier ma prose flatteuse à l'égard de leur congénère émigré.

 

oedicnème criard

 

Sous le ciel étoilé, le Causse endormi offre ses douces ondulations à l’astre lunaire.

  Peu à peu le silence se rompt. Un après l’autre, les oedicnèmes entament le concert . Les notes brèves et saccadées de leurs chants flûtés se répondent inlassablement, écho infini  déjouant l’oreille même la plus habituée, qui ne peut qu’à grand-peine localiser ces petits fantômes bavards tapis sur le sol caillouteux de la steppe. ...

                   La belle saison n’est pas encore tout à fait là, les voyageurs ailés  commencent pourtant à prendre leurs quartiers d’été après avoir, pour la plupart d’entre eux, affronté les courants aériens au-dessus de la grande bleue. Ils sont nombreux à se poser ici, sur ce grand vaisseau calcaire, abandonnant le temps d’une saison, de l’autre côté de la Méditerranée, leur terre d’hivernage.    

                                            ©Fleurs d'étoiles. Solange Tellier- extrait-

 

 

LPO Charente Maritime

 

Le guide ornitho

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pascale-Madeleine 30/03/2011 17:43



Oh oui, je connais assez bien la Lozère. Méjean et Sauveterre, puis la Margeride sont mes coins de prédilection ! Cela fait qualue temps que je n'y suis pas retournée... Je saluerai les
concertistes pour toi !



Amb55 30/03/2011 19:24



Après Léa, la lozérienne, te voilà Pascale-Madeleine amoureuse de la Lozère et des Causses. ça me fait terriblement plaisir que mon petit coin de toile réunisse ainsi des lozérienne de pays ou de
coeur. Amitiés à vous.



Pascale-Madeleine 30/03/2011 13:49



Ah ! Le Causse... C'est drôle je vais à Hures la Parade dans 3 ou 4 semaines !


Joli texte qui donne envie d'aller entendre le courlis !



Amb55 30/03/2011 15:35



Si tu vas à Hures, mais peut-être déjà connais-tu ?, tu vas te régaler. Dans la colline qui domine le village, ce sont des concerts infinis. N'oublie pas alors de saluer le Causse pour moi. Hures
c'est aussi mon secteur. Drigas, le Villaret et Nivoliers. Dans 4 semaines, tu vas sans doute pouvoir profiter de l'explosion du printemps fleuri. 



Léa487 20/03/2011 06:43



Bonjour Solange, oui le printemps arrive doucement en Lozère aussi, ce matin petite gelée blanche. Je ne connais pas cet oiseau mais j'aimerais bien le voir. Bon dimanche et gros bisous 



Amb55 20/03/2011 12:39



Bonjour Léa,


Tu es un peu loin du Causse Méjean ... mais un jour, prends-le temps d'aller y faire un tour. Prends une petite chambre ou un petit logement sur le causse, dans le secteur de
Hures-la-Parade, Nivoliers, le Buffre, Le Mas Saint-Chély ou mieux, ta toile de tente . Les oedicnèmes sont nombreux par là-bas, et à la nuit tombante ce sont des concerts que pour ma part
j'aime beaucoup. Le voir ... c'est une autre histoire.